Déjà un moment que l’envie d’écrire un article sur ce sujet me trotte dans la tête. Pourtant, difficile de trouver les bons mots, d’envisager l’accueil qui sera fait à ce genre de billet…
Mais tant pis, des fois il se faut de faire table rase pour partir sur de nouvelles bonnes bases.

Ici, je veux vous parler de mon expérience de l’influence. Parce que, simplement, c’est celle que je connais le mieux et dont je suis à même de vous dévoiler chaque facette.
Peut-être me suivez vous depuis très peu de temps, peut-être êtes-vous fidèle depuis 5 ans déjà… dans tous les cas, merci.
Merci d’apprécier mon travail, mes conseils et de partager avec moi, tous les jours.

Lorsque j’ai débuté l’aventure Instagram, vous imaginez bien que je ne m’attendais pas à l’importance que revêt aujourd’hui ce réseau social.
Mon but, c’était de partager mes achats beauté et mode, avec plus que ma sphère réduite de copines (car j’en avais peu).
Mes abonnées sont devenues mes copines digitales, et au début, Instagram était un Facebook amélioré : des histoires personnelles mises en photo.
Puis, certaines ont compris qu’il y avait de l’argent à se faire et la course aux likes à débuter. La course à la plus belle photo, au plus beau concours.

Pour éviter d’être à la ramasse, tout le monde a suivi, à sa façon et à la hauteur de ses moyens bien sûr.
Je n’ai jamais eu l’intention d’en faire mon travail, dès le début j’étais très claire avec moi-même à ce sujet. D’abord, parce que j’étais étudiante dans un domaine qui me passionnait, ensuite car je n’imaginais que trop bien les dérives qui n’allaient pas tardées à faire surface.
Je suis donc allée à mon rythme, en restant vraie, honnête et en pointant du doigt les dysfonctionnements. Cela m’a valu de nombreuses « dépréciations » d’ailleurs, mais who cares? « Plaire à tout le monde c’est »…vous connaissez la suite !

En 2016, j’ai dépassé la barre des 10K. 10 000 personnes qui me suivaient au quotidien. Wow, incroyable. Continuant sur ma lancée, les partenariats ont commencé à s’enchaîner… Tant et si bien qu’en un an, je suis devenue une vitrine plus fournie que celle de Sephora !
Mais qui n’aurait pas fait pareil ? Une étudiante, fan de beauté, à qui l’ont envoie des produits qu’elle n’aurait jamais pu s’offrir en temps normal, en échange d’un post : le rêve !
Non.
Et ça, il m’a fallu un an pour m’en rendre compte.

Me rendre compte que je n’aimais plus le contenu que je produisais, tant il était vide, creux.
On m’apprécie car j’ai acquis une expertise dans le domaine de la beauté, pas parce que je fais de « belles photos de produits ». Il n’y a qu’à voir que ce qui fonctionne le plus pour moi : mes stories ! Pas mes photos !
Vous aimez que je décrypte des compos, que je démystifie un produit, finalement que je sois honnête avec vous.
Et ça, c’est malheureusement parce que de nombreux influenceurs ont tué la vérité sur Instagram.
Les influenceurs qui sont là depuis 1 ou 2 ans et qui pètent tous les scores à coup de +1000K par mois. Pourquoi ? Parce qu’ils disent « Oui » à presque tout, qu’ils prennent ce qu’il y a à prendre et qu’ils s’en foutent bien d’avoir une éthique.

Je ne vais pas me faire que des amis avec ce billet, mais sincèrement, il est temps pour moi de dire les choses.

Des exemples qui illustrent cela, j’en ai plein.
Certains me diront : « où est le mal ? Il y a plus grave. »
Et je suis entièrement d’accord, et je me bats pour plein d’autres choses aussi. Mais l’essence de mon propos est ici de vous faire prendre conscience que la différence c’est vous, abonné.e.s, qui la faite.
L’influence reste l’influence de votre mode de consommation. Un influenceur est une personne qui, de par ce qu’il choisit de montrer, d’acheter, de photographier, vous influence dans vos achats.
Rien de grave là-dedans, c’est un nouveau mode de consommation, qui a des avantages et des défauts, comme tous les autres !
Avant, les gens faisaient confiance à l’expérience de leurs aînés, de leurs voisins… Ils ont ensuite commencé à être influencé par la pub, la communication puis les journalistes mode/beauté/nourriture…
Maintenant et grâce à Internet, les gens font confiance aux blogueurs, influenceurs et avis d’autres consommateurs.

Le problème réside dans le fait que, d’après moi, de plus en plus de personnes font cela par appât du gain et facilité. Oui, je suis désolée mais prendre la photo d’une crème ce n’est pas compliqué. Et pourtant, c’est sûrement parce que vous verrez 20 photos de cette nouvelle crème, sur 20 profils différents, que vous allez l’acheter. Pourtant avez-vous vraiment lu un avis concret de la part de l’influenceur ?
Et les marques en profitent, elles arrosent clairement les influenceurs de produits, qui ne sont pas toujours adaptés à leur ligne éditoriale (quand il y en a une).
Rien ne m’irrite plus que de voir des filles qui n’y connaissent rien vous vanter la naturalité d’un produit ou sa composition, sans vérifier leurs dires, juste parce que c’est noté dans le dossier de presse…

Attention, je parle en général et des exceptions existent !

C’est pour ça que j’ai ouvert le blog. Parce que je me sens tellement illégitime quand je ne vous informe pas correctement sur un produit !
Et je sais que je ne suis pas parfaite, ce n’est pas le but, mais je me dois de partager avec vous ce qui me saute de plus en plus aux yeux.

Parce qu’encore une fois, et comme depuis toujours, ce sont les personnes qui essayent de faire correctement leur travail, avec intégrité et sincérité, qui sont flouées. Parce que finalement, celles qui passent des heures sur l’écriture d’un article sont moins plébiscitées que celles qui postent une photo. De nombreuses véritables blogueuses sont touchées par ce problème ; elles se font « voler » leur travail par des influenceurs arrivistes qui ont su exploiter le bon filon au cours des deux dernières années. Mais n’envisagez pas d’approfondissement autour du produit, ces derniers ne servent qu’à apporter un peu plus de visibilité.

Et c’est la vérité. J’ai pu discuter avec plusieurs chargés de relations influenceurs et ils le disent sans retenue.
Certaines marques font même le choix de travailler avec des micro-influenceurs pour leur transparence, tandis que d’autres préfèrent les macro-influenceurs pour avoir un impact maximal !
Et vous bien sûr, qui êtes pourtant la cible de ce montage, vous n’en savez rien. Comment pouvez vous faire les bons choix alors ?

On m’a dit plusieurs fois que l’on aime travailler avec moi (micro-influenceuse) parce que ma démarche est sincère comme je ne suis pas « pro » et j’ai d’abord été flattée. Puis j’ai cogité et un sentiment d’ambivalence a pris le dessus.
OK, j’apprécie que l’on note que mes valeurs priment sur mon influence.
Mais, qu’entend-on par « pas pro » ? Que mon travail n’est pas « carré », que je ne délivre pas de « brief » dès qu’on me demande une collaboration, que je n’ai pas de grille tarifaire, que j’aime travailler spontanément ?
Mon travail, je le fais parce que je l’aime, que c’est un passe-temps autant qu’une passion. Avoir une communauté est une aventure exceptionnelle ; presque 9000 copines avec qui partager !

Si c’est tout ça, alors oui je suis contente de ne pas être une influenceuse pro !
Parce que sachez que jamais, jamais, je ne passerai 2 heures à retoucher une photo pour qu’elle colle à un brief, qu’elle plaise à une marque.
Jamais, jamais, je ne travaillerais avec une marque qui ne me plaît pas, même si rémunération il y a.
Que mon contenu ne sera jamais paramétré au millimètre près.
Que je parlerai de tout ce qui me plaît et n’aurai pas peur de parler de ce qui me déplaît.
Que je ne compte pas vous montrer une vie fausse, montée de toutes pièces.
Et que Poppy fera encore de nombreux unboxing !

Je resterai toujours Mathilde, enthousiaste, spontanée et surtout sans aucune contrainte.

2 commentaires

  1. Très bel article Mathilde ! Je vais plus attention maintant aux influenceuses que je suis car Instagram doit rester une plateforme de partage et non pas des spots publicités comme on aime temps zapper à la télé ! Gardons notre esprit critique et entourons nous de personne inspirante et bienvaillante comme toi 🙂

    1. Hello !

      Merci pour ton retour <3 Tu as raison de faire ce choix, je crois qu'il est important que nous comprenions que nous consommons aujourd'hui ce contenu digital au quotidien et que, comme pour la télé, il faut tout analyser et prendre du recul !
      Des bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*